vendredi 13 octobre 2017

Autour de Méduse...

La méduse: (jellyfish) animal fascinant qui étonne, intrigue, inquiète, est en fait  une grande inconnue. Loin de la légende antique et mythologique, et des ballets de créatures translucides évanescentes peuplant les mers du globe, on a envie d'en savoir davantage sur  elle et son modus vivendi. Une belle déclinaison s'offre alors sur le thème ...
Le bouclier d'Athéna
Mythologie: Méduse (Μέδουσα ), Gorgo (Γοργόνες), mortelle Gorgone, qui réside aux portes de l'Enfer avec ses deux sœurs, a osé défier Athéna ...   Etrange que dangereuse provocation, car  Athéna est puissante mais  Méduse, à la chevelure serpentiforme,  a ce regard particulier capable de pétrifier quiconque le soutient....Dans l'une des versions de la légende,  elle sera prise  au piège, en voyant son propre reflet  dans le bouclier miroitant de la déesse de la guerre.
Les écrivains grecs Homère, et Hésiode la mentionnent dans leurs narrations.
Si Hésiode la trouve dangereuse et mortelle, pour Homère  c'est un monstre affreux:
« On voyait au milieu de l'égide,  la tête de la Gorgone, ce monstre affreux, tête énorme et formidable, prodige étonnant du père des immortels. »
En savoir plus:
http://expositions.bnf.fr/homere/grand/vas_039.htm
Histoire de l'Antiquité: Les boucliers ornés de la tête de Méduse, sont des références directes au geste d' Athéna fixant sur son écu de guerre  la tête décapitée (le masque)  de Méduse.
Histoire de l'Art: Sur divers supports (pierre, bronze, or,mosaïque ..) la figure de méduse prend toujours un aspect terrifiant. Qu'elle ait les yeux fermés, ou ouverts, qu'elle tire ou non la langue, ses
cheveux  forment des  nœuds de reptiles au-dessus de son visage arrondi..
En peinture,  l'histoire du voyage d'un navire, baptisé la Méduse,  est un fait divers dramatique qui fit beaucoup  parler de lui dans la presse, au XIXe siècle,  et qui inspira de nombreuses œuvres d'art.   L'une d'entre elles, le tableau célèbre de Théodore Géricault  "Le radeau de la Méduse " représente la dérive des marins en perdition, après le naufrage.
Littérature: L'expression "Etre médusé" prend son sens dans la légende antique, et signifie être pétrifié par l'étonnement.   
Romans, livres scientifiques, récits, les publications sur le thème de méduse (animal, légende, navire) sont multiples que le nom de méduse soit pris au sens propre ou au sens figuré.
Cinéma: Outre nombre de péplums, le film "L'année des méduses"(1984) exploite le thème sur un mode dramatique. Une version cinématographique,  d'un  fait divers qui fut l'objet du tableau de T. Géricault,  (naufrage en 1816 de la frégate "La Méduse") a été tournée par le réalisateur Iradj Azimi, en 1998, sous le titre "Le radeau de la Méduse ". 
Architecture: Sur les bâtisses du temps de la  Renaissance, sculptée en relief la méduse orne des écus, symbolisant le combat, la victoire, et la protection contre le mauvais sort. Sur la façade Sud  du château de Guillaume de Nogaret,  à l'étage à fenêtres, (Marsillargues-34), Méduse parade, sculptée en relief  sur un bouclier,  et s'expose aux regards du visiteur.
Sciences: Medusozoa,  cnidaire, est un corps gélatineux, dont on connaît 1500 espèces différentes.  En bord de mer Méditerranée plusieurs sortes de méduses  s'échouent de Juin à Octobre. Il en existe de diverses formes, et  certaines sont d'un format impressionnant (plus de 55 cm de diamètre). Urticantes même mortes (essentiellement les filaments)  il est recommandé de ne pas les toucher à mains nues. Ayant peu de prédateurs, elles font néanmoins  le régal des requins, des tortues de mer, 
des espadons, des poissons-lunes, et des thons. Ombrelle et tentacules  définissent (de façon simpliste) les 2 parties du corps d'une méduse.
Dès le XVIIIe siècle :  
1710:En étudiant les Rhizostomae bleues René -Antoine Ferchaut de  Réaumur emploie l'expression "gelée de mer" . 
 1746: Le nom  méduse est donné à l'animal par le scientifique botaniste suédois Carl von Linné )

" Méduses: Ô vénéneuses beautés marines ..." (N-L. M. )
                                          
 
 Méduse n'est pas seulement une icône d'un lointain passé. Elle a franchi allègrement les siècles, demeurant encore une figure emblématique, et décorative,  à l'époque contemporaine. Elle n'a rien perdu de sa force de représentation symbolique,   on la retrouve en psychologie (voir lien ci-dessous) , et  même  dans des jeux de société, et des jeux vidéos.
https://www.cairn.info/revue-recherches-en-psychanalyse-2010-1-page-84.htm
La légende perdure, cependant, si la représentation de cette tête peut sembler énigmatique, il suffit de se (re) plonger dans la lecture des histoires de la mythologie pour se remémorer les épisodes concernés.
Qui peut échapper à Méduse ?  
Broche mérovingienne virtuellement restaurée.N-L.M.





Free lance Writer
Culture  Art   Patrimoine




mardi 3 octobre 2017

Si je n'avais pas été chanteur...

La variété est souvent cataloguée dans le genre "chansonnette", bluette, œuvre de peu d'importance.. C'est  un jugement hâtif qui a ses détracteurs et le sujet fait débat. Compositeurs, auteurs du style,  sont alors associés à la facilité. On écrit trois mots sur quelques notes et...non,  ce n'est pas forcément le succès assuré, ni  le sommet aisément  gravi du Hit parade.
Qu'il y  a-t-il,  et qui y a-t-il, derrière une  chanson populaire ? Un simple amateur de rimes peu recherchées, un musicien qui sait juste  plaquer des accords sur  une guitare ou pianoter quelques notes ? Pas toujours..Quelques grands noms de la variété française auraient pu entamer une toute autre carrière s'ils n'avaient choisi la chanson.. Hautement diplômés, ils ont eu un parcours universitaire assez conséquent pour prétendre à un poste d'enseignant ou de chercheur. Mais la vie, ses aléas, les circonstances, les rencontres  en ont  décidé tout autrement. La célébrité  et les  fans  n'ont pas été tout de suite au rendez-vous et certaines trajectoires de carrière ont eu des embûches sur leur route. Cependant, au fil des années, et suivant un courant de mode musicale,chacun de ces artiste a trouvé son style, sa voi(x)e, son public. Si les arts plastiques, la science, l'histoire..ont perdu quelques brillants sujets, le répertoire de la chanson  fut enrichi par leurs prestations et  leurs créations.

Jo Dassin : (1938- 1980) Joseph Ira Dassin, fils du réalisateur Jules Dassin et de la violoniste Béatrice Laune, a eu un parcours  de vie bref et dense. Il a eu maintes occupations (étudiant, figurant, assistant-metteur en scène..écrivain)   avant de parvenir au vedettariat dans la chanson. De 1957 à 1963,  Il a fréquenté l'université du Michigan Ann Arbor,  et s'est distingué dans ses études:  trois années en médecine,  puis   un cursus universitaire en anthropologie, qui le conduira jusqu'au master pour son mémoire sur les Indiens Hopis.  Il est dénommé french singer parmi les famous alumni  dans la catégorie Arts and entertainment.  Jo Dassin, dont on connaît et apprécie  les textes de chanson, aimait aussi s' exercer à d' autres genres de littérature, en particulier les nouvelles. L'une d'entre elle, "Wade in the water" , fut primée et publiée dans une  revue universitaire.
Generation ( Inter Arts Magazine - Michigan University)
wade in the water joe dassin
"Cadeau pour Dorothy" est un recueil, paru en 2013,  de 4 nouvelles écrites en anglais  par Jo Dassin alors qu'il n'avait qu'une vingtaine d'années. Quatre titres: Réunion de famille, Gospel, Gloire du matin et bocaux d'olives, Baleine sur canapé. Ces textes ont été traduits par Richelle (sœur cadette de Jo Dassin ) et Alain Giraud (ami du chanteur).  

Guy Béart: (1930 - 2015)  Guy Béhart, ingénieur diplômé de l'Ecole des Ponts et Chaussées(1952) : Construction d'un Pont du côté de  Maxéville (ouvrage  non visible car il fut détruit pour aménager les voies de circulation dans la zone de son implantation). Auteur, compositeur, instrumentiste, interprète,  Guy Béart a aussi fréquenté l'Ecole Nationale de musique de Paris (violon, mandoline...). Il a obtenu plusieurs distinctions pour l'ensemble de sa carrière, notamment  le  Grand prix du Disque de l'académie Charles Cros en 1958.


Nino Ferrer: (1934- 1998) Nino Agostino ...Ferrari, peintre, graveur, instrumentiste, compositeur , il fut également étudiant à la Sorbonne, où, après l'obtention d'une licence ès  lettres, il  étudia l'ethnologie et l'archéologie. Pour ces disciplines  il eut  comme  professeur l'éminent ethnologue préhistorien André Leroi-Gourhan. Et dans le cadre de sa formation, Nino Ferrer a participé à
quelques campagnes de fouille sur divers sites archéologiques, dans l'hexagone et les Dom Tom. 
Chronologie des grottes d'Arcy-sur-Cure  (Arlette et  André Leroi-Gourhan
http://www.persee.fr/doc/galip_0016-4127_1964_num_7_1_1238 
Fouille à l'île des Pins (Nouvelle Calédonie)
http://www.archeologie.nc/docus/tumulcheval.pdf
Parcours biographique (dont années des créations musicales)
 http://www.lehall.com/conferences/ferrer/ressources/docs/bio.pdf
 Outre ses nombreuses compositions, Nino Ferrer laisse  à la postérité une intéressante collection d’œuvres picturales, car il aimait s'installer dans son atelier et laisser libre cours à son imagination pour peindre des toiles surréalistes, colorées, au fort message symbolique.   

Serge Gainsbourg :  Cursus d'Etudes traditionnelles mais complétées par la fréquentation  de l' Académie de dessin de Montmartre, et celle de l'école des Beaux-Arts. Serge Gainsbourg aimait dessiner et peindre. Il  s'est consacré à cette passion graphique et picturale pendant 15 années de sa vie, avant d’œuvrer dans la chanson, avec le succès que l'on sait. Il aimait également la photographie et le cinéma. Ayant du respect et de l'admiration  pour les disciplines académiques des Beaux Arts (sculpture,dessin, peinture,architecture, poésie, théâtre, danse) il se défendait de pratiquer un art, celui  qu'il pensait être"mineur". Artiste majeur,  il a su parler de peinture jusqu'à la fin de sa vie.
Serge Gainsbourg et la peinture:
 http://balises.bpi.fr/musique/gainsbourg--peintre-jaurais-fait-une-uvre
 La peinture : un art sans concession.. :
https://www.youtube.com/watch?v=up32ldK8SwE

  A citer également  la trajectoire d'Antoine :
 Pierre Antoine Muraccioli (né en 1944)  diplômé de l'Ecole centrale de Paris (1966) ingénieur en thermodynamique , devenu auteur compositeur, interprète, navigateur, cinéaste, réalisateur, photographe.. Infatigable voyageur, parcourant les îles, il partage sa passion pour la mer avec le grand public, dans des films, des vidéos, des conférences (Connaissance du Monde) , mais tout cela sans oublier la chanson.

Des chanteurs,  certes, des compositeurs-mélodistes, des paroliers, ces hommes ont eu une autre  vie avant de se lancer dans la chanson. Et si le succès est venu, avec des productions qui sont entrées au patrimoine national intemporel de la variété française,  il n'a pas tout emporté sur son passage. Les anciennes passions  ont néanmoins laissé des traces. Car, plus que de simples violons d'Ingres, l'on peut évoquer de réels  talents multiformes, et surtout d'artistes sachant si bien parler de ces penchants qui favorisent l'expression d'un Moi intérieur riche, dense,  souvent méconnu.  
                                                                                                            
                                                                                         NB: - Exemples de portraits non exhaustifs-

Free lance Writer 
Culture  Art   Patrimoine





vendredi 22 septembre 2017

Patrimoine : une palette qui s'élargit

Cathédrale St Véran et cloître (Cavaillon) 
L'édition 2017 (34e)  des journées européennes consacrées à la découverte du patrimoine vient de se terminer.. Le succès est grandissant, et la fréquentation des lieux :  en hausse. Il est intéressant d'en repréciser la démarche et l'objet. En effet, en évoquant le patrimoine on sous-entend généralement: 
châteaux, musées, cathédrales/églises/temples/synagogues/mosquées/ basiliques/chapelles/couvents, tours/remparts,  et,  plus récemment, sites archéologiques (y compris ceux en cours de fouilles).
 Cependant, d'année en année, devant l'intérêt accru du grand public, les communes concernées ont eu à cœur de présenter sous leur meilleur jour, d'autres éléments et secteurs de leurs richesses territoriales. Et pour cela , le bâti culturel (cultuel ou d'exposition) n'est pas le seul concerné.  Ainsi, l'on peut découvrir désormais tout ce qui présente un attrait patrimonial , soit par son histoire, soit par sa fonction, soit par sa disposition, ou par son style architectural:
- des lieux de travail ou de production : des  usines, des manufactures, des ateliers
- des parcs et jardins
- des bâtiments d'archives (départementales ou autres)
- des gares
- des bâtiments scolaires (universités anciennes,facultés,  collèges, lycées, instituts...)
- des immeubles stylés
- des cinémas, des théâtres
- des monuments isolés (colonnes, mémoriaux, fontaines, kiosques, pavillons...) 
- des stades
- des observatoires 
- des quartiers, des places, 
- des sanctuaires, des bains rituels, des thermes
- des palais de justice
- des hôtels de ville
- des cimetières
- des espaces d'expositions  et maisons de la Culture
- des hôtels particuliers (parfois en visites privées)
http://www.usinenouvelle.com/article/dix-sites-industriels-a-visiter-a-l-occasion-des-journees-du-patrimoine.N587863

L'art contemporain y est bien présent avec ses diverses symboliques, ses fonctionnalités  et ses lignes audacieuses, car il faut le rappeler , ce week-end précis n'est pas uniquement consacré aux bâtiments anciens. Le patrimoine s'acquiert au quotidien, il évolue avec les décennies, les siècles.  Chaque époque laisse son empreinte de renseignements et de nouveautés caractéristiques.    
Les guides (bénévoles, ou municipaux) se sont adaptés à une déambulation étendue qui englobe désormais ces divers éléments du patrimoine. Certes, il y a affluence car certaines portes ne s'ouvrent que pour cette occasion annuelle, et, afin d' éviter la bien compréhensible frustration,   l'on a souvent  la prudence de compléter  les visites par des conférences, in situ, qui donnent un complément d'explications dont les auditeurs sont toujours friands.
Des parcours pédagogiques, ludiques, ou d'informations trouvent leur place dans ces animations multiples qui s'adressent à tous les âges de la population. Sensibiliser, éveiller la curiosité, susciter l'envie d'apprendre, de mieux connaître ou de découvrir un lieu, un métier, un monument, sont les buts avoués de ces initiatives souvent à thèmes.  L'esthétique, l'histoire, la dimension sociale du partage, s'y côtoient. La fragilité de ce patrimoine mis en exergue est également un sujet d'information. Si les diverses campagnes de restauration ont un coût (national, régional, local) il est important que chacun se sente concerné par le respect des lieux, leur mise en valeur, et le souci de laisser aux générations futures de quoi témoigner sur le passé et sur  l'histoire. Le virtuel ne suffit pas à restituer l'émotion de la présence concrète directe.
 A lire sur ce même blog ( faire défiler chaque page pour accéder à l'article correspondant )
- Patrimoine  caché mais pas aux oubliettes (septembre 2012)
 http://international-culture-blog.blogspot.fr/2012/09/
- Un patrimoine qui se visite (septembre 2013)
http://international-culture-blog.blogspot.fr/2013/09/
- JEP 2014
http://international-culture-blog.blogspot.fr/2014/09/?m=0



Et toujours, et plus que jamais  au patrimoine de la France :
7e édition de la fête de la gastronomie du 22 au 24 septembre 2017
https://www.economie.gouv.fr/fete-gastronomie/accueil




Free lance Writer 
Culture  Art   Patrimoine
(Alexandre: 1977-2017)


jeudi 7 septembre 2017

Mission possible ...

L’œuvre des missionnaires est aujourd'hui un sujet de débat. Ce serait d'actualité, et facile,  d'emboîter le pas et de suivre cette voie.  Or il est important et nécessaire de nuancer le propos pour une présentation objective. L'histoire de la mission débute avec celle du christianisme. Les disciples de Jésus sont partis évangéliser par-delà la Méditerranée.. On ne parle pas encore vraiment de "mission" dans les premiers siècles de notre ère,  mais de l'apport de "la Parole", avec un rappel des codes de vie sociale (moralité, civisme, entraide, compassion, ..) Passer du polythéisme au monothéisme ne se fit pas sans heurts, affrontements, ni persécutions. Paul de Tarse est considéré comme l'un des premiers missionnaires chrétiens.  Il faut attendre le XVIe siècle pour que les missions soient à nouveau d'actualité. En effet , à l'époque des grandes découvertes de la Renaissance, certains religieux (essentiellement des hommes, la plupart appartenant  à l'ordre des  Jésuites) accompagnaient les expéditions maritimes.
C'est au  XVIIIe siècle que les mouvements s'organisent plus précisément  en sociétés de mission.  Plus tard, au XIX e siècle, les femmes des couvents, ou des associations caritatives   se sont jointes aux missions pour y œuvrer pleinement (telles les sœurs missionnaires d'Afrique).

Quelques grands Missionnaires : souvent explorateurs, anthropologues, géographes,  allant jusqu'au bout d'eux-mêmes, dans une quête d'absolu... mais ayant laissé à la postérité: l'image de personnages hors du commun, et des travaux scientifiques de grande portée.
Albert Schweitzer ( 1875-1965 ): Homme aux multiples talents, ce pasteur , écrivain,  théologien, médecin, organiste, dont le nom est attaché à celui de l'hôpital de Lambaréné (Gabon) , a voué sa vie au service des autres hommes... Membre de plusieurs académies, il a reçu  de nombreux prix au cours de  son existence. Outre le prix Nobel, obtenu en 1952, il y a eu  l'attribution du Prix Nathan Katz du patrimoine 2015, pour l'ensemble de son œuvre. 
David Livingstone (1813-1873): médecin, explorateur, missionnaire évangéliste en Afrique , pasteur, il a mené des expéditions à la recherche des sources du Nil.
Hudson Taylor: (1832-1905):  Très actif en Chine, ayant appris à parler plusieurs dialectes, il a fait une traduction du Nouveau Testament. 
https://www.youtube.com/watch?v=eSAKJGOol_k
Charles de Foucauld (1858-1916): Pour ce militaire de formation ce fut une vie à plusieurs facettes ( géographe, explorateur, écrivain,..), avant l'isolement de l'ermite, l'assassinat , la béatification..
Auguste Chapdelaine (1814- 1856)  Ma Laï (en chinois) : prêtre ayant été missionnaire en Chine de 1851 jusqu'à sa décapitation en 1856.
Fernand Hartzer (1858-1932) :  a exercé son ministère de missionnaire en Nouvelle -Bretagne et Nouvelle-Guinée de 1884 à 1889.
Les oeuvres :  elles se manifestent en maints secteurs: éducation, accès à la scolarité,  charité, secours matériel, accès aux soins. Outre l'enseignement dispensé, les missionnaires eurent à cœur la construction de plusieurs  bâtiments (écoles, hôpitaux., mais aussi lieux de culte: églises, temples... .). On remarque même un certain style architectural qui  est  décelable dans ces édifices.      Dans les missions,  comme  dans les autres organismes,  les relations, avec les autochtones, les dirigeants des pays concernés,  ne furent pas simples. Les œuvres sociales, religieuses, ne se mêlant pas avec sérénité aux enjeux politiques, les perceptions bilatérales furent souvent ternies de quiproquos, et de mésententes. Il est vrai que colonisation et mission ont  maintes fois subi un amalgame de mauvais aloi.
"Le bruit ne fait pas de bien, le bien ne fait pas de bruit "..  dit-on. et pourtant les médias relaient plus facilement les actualités négatives, alarmistes, que les actes de générosité gratuite, les actes héroïques du quotidien.   Le siècle présent a vu cependant maintes actions humanitaires (bénévolat, volontariat...) se mettre en place, avec ou sans célébrités. La religion n'y a plus cours, mais l'envie de bien faire (de faire le Bien) , de se rendre utile, perdure, et le plus souvent dans l'anonymat. En 2017, on continue donc, dans les pays en difficulté,  à construire des écoles, des collèges, des  complexes universitaires,  à faciliter l'accès aux soins, à l'éducation, à former, sur place,  des gens spécialisés, afin d'être encore plus efficaces sur le terrain.
Ose la mission :
http://www.oselamission.fr/
 Charles Guillot (1929-2017) : Peu de temps après le décès de son épouse Alice en novembre 2015, le pasteur Charles Guillot (Union des églises évangéliques  libres)  a quitté ce monde le 24 Août 2017 . Il était âgé de 88 ans . Le couple, aussi dynamique qu'emblématique, a fait un parcours, de vie et d'engagement, assez exceptionnel, avec notamment des activités dans le domaine de  l'animation et de l'encadrement, et ce furent alors   les beaux jours des camps de jeunes, d'ados, des colonies de vacances  dans le cadre du Mas de la Ligue pour la lecture de la Bible, à  Sumène (30). Au programme : la musique, le chant ( les deux activités étaient menées par Alice Guillot à l'accordéon) , la danse folklorique, les jeux, les travaux manuels, les promenades, mais aussi la réflexion, la méditation, l'enseignement biblique, le tout avec une belle énergie, de l'humour, de la camaraderie,  de la joie et de la simplicité.
Portrait (vidéo, émission de radio) : 
http://www.zebuzztv.com/?buzz=ze-mag&item=542
Pour le pasteur Charles Guillot l' engagement auprès de la jeunesse passait logiquement par l' évangélisation. Mission qu'il a accomplie et qu'il a menée  avec autant d'enthousiasme que de conviction. Derrière son franc regard bleu, pointaient toujours la malice, la détermination et une certaine assurance. Homme de parole et de Foi, il a su  autant manager que travailler en équipe.
En poste pastoral à Nice (1971) le brillant orateur, et prédicateur, a été animateur radio, puis formateur, et concepteur de programmes, avant de devenir directeur international en 1985, et pendant 17 ans,  à Radio Evangile .   
-  Sur diverses stations : Radio RMC, RTL, Europe N°1(émission Euro Club),  Radio Evangile, Radio Ebène- développement (association créée en 2007)
- En Afrique, en Côte-d'ivoire, il intervient en tant qu'animateur, formateur, organisateur de séminaires au  CEFCA (centre de formation à la communication.)
- Le magazine mensuel  IDEA (celui de l'Alliance Evangélique française)
- Président du  SEL (service d'entraide et de liaison) pendant plusieurs années.
 La palette des secteurs d'activités est large, semble très éclectique,  mais elle conserve un dénominateur commun:  le service.  On peut y ajouter aussi :  la concrétisation d'une conviction. 
Si la voix de Charles Guillot s'est tue sur les ondes, dans les temples,  et dans cette vie, elle résonne encore, ainsi que celle de son épouse Alice,  dans le cœur et la mémoire de celles et ceux qui ont eu la chance de croiser leur route, qui les ont connus, côtoyés, appréciés et aimés, en retenant leur leçon de vie calquée à leur ligne de conduite:  être vrai et présent au monde.
.  
 Se dévouer pour les autres, être un  artiste, un  créateur, un inventeur, un simple homme de bien, héros du quotidien...:
qu'importe ? Chacun a son talent. L'essentiel n'est-il pas de savoir être utile, s'investir,  et  "Donner un sens à sa propre existence" .. ?

Free lance Writer
Culture  Art    Patrimoine












mardi 5 septembre 2017

Pub, public, publicité : affaire d'affiches ?

Vanter un produit n'est pas récent. La publicité a les mêmes origines que le commerce.
Si "vendre "est le mot clé de  toute activité commerciale, encore faut-il en connaître les mécanismes. La vente, certes,  mais : Où? Quand? Pourquoi?  A qui ? Comment?
 Le XXe siècle a vu l'explosion du secteur publicitaire. Et le suivant, le XXIe , bien que sous l'emprise des technologies nouvelles, ne rechigne pas à  employer encore, comme support de vente,  la version papier pour faire de la publicité. L'affiche, le tract, le flyer, le dépliant ont donc toujours autant d'impact et d'usages dans la diffusion auprès du grand public. La couleur , le slogan, la représentation (dessin ou photo) sont là pour attirer et retenir le regard du passant ou du lecteur. L'affiche sert à véhiculer un message. Avec le temps elle peut devenir iconique et être objet de collection ou d'exposition. 
Afficher pour:
-  informer, : spectacles, animations ( journées du livre..), dates de manifestations (foires)
- faire rêver: Proposer des destinations de voyages, informer sur les divers moyens de locomotion, de transport,  
- se présenter: candidats aux élections,
-  revendiquer:  affichage des 95 thèses de Luther (1517)
- alerter: déclaration de guerre, mobilisation, incitation au patriotisme, à la citoyenneté , à la solidarité ..
Les publicitaires
- les grands annonceurs:
Havas ( fondée par Charles-louis Havas en 1835, c'est la plus ancienne agende de presse dans le monde).
Publicis,  actuellement groupe N° 3 mondial de la communication, l'agence a été fondée en 1926. Plusieurs spots télévisés concernant les parfums, les automobiles, la lingerie, sont encore présents dans les mémoires.. .
http://video.lefigaro.fr/figaro/video/publicis-ces-publicites-qui-ont-marque-l-histoire-de-la-television/2572519038001/
Jean Mineur: véritable pionnier de la publicité  dans les années 1920 (en misant sur le tout nouveau  cinématographe) il prend la suite du "rideau-réclame" (balbutiement du cinéma publicitaire) en l'adaptant et en développant le concept au 7e art.
https://www.youtube.com/watch?v=feETDWNmqsE
A rappeler : 
Les festivals de films publicitaires : Cannes (Festival international de la créativité),  Méribel..
- les graphistes /affichistes: dont  notamment Toulouse-Lautrec, A. Mucha. Immédiatement reconnaissables grâce à leur graphisme particulier, à leurs couleurs, au style,  leurs affiches sont devenues iconiques, objets d'expositions, de musées,  et de collections. 
Autour d'un slogan:
- une formule :brève, choc, incitante, utilisant parfois la référence culturelle,  mais le plus  souvent le langage populaire (argot ou expression abrégée), s'appliquant à une image fixe ( affiche) ou à une vidéo, elle vante un produit et attire une  clientèle potentielle.
- le pamphlet (πάμφλεκτος ) sur tract , critique satirique, moqueur.. plutôt politique, a toujours été de mise.   
Les lieux d'affichage : mobilier urbain, panneaux, espaces d'expression, en version lumineuse ou mobile, animée (rotative).. ils ont évolué et ont bien intégré les nouveaux concepts, et les avancées de la technologie.
- les Colonnes Morris : des Litfaßsäulen aux colonnes Wilmotte, en passant par les  célèbres cylindres parisiens, les actuelles colonnes Morris-Decaux sont  des supports déclinés et  utilisés   dans le monde entier. Les colonnes Morris sont également représentées sur diverses  toiles célèbres, qui généralement dépeignent les grandes  avenues de Paris au début du XXe siècle.
- les panneaux électroniques: version contemporaine de l'affiche qui privilégie  le texte et concerne les informations locales sur l'agenda culturel : spectacles, manifestations artistiques, animations, activités associatives .. 
- L'emblématique Broadway et ses débordements d'informations qui, se chevauchent, happent le passant, surtout la nuit tombée, presque jusqu'au vertige..
- Les dazibao (大字報) expression sur affiche placardée de l' opinion d 'une ou plusieurs personnes, cette tradition, qui remonte à l'époque de la Chine impériale, a connu plusieurs périodes et plusieurs courants.
Il existe parallèlement,  dans le monde de la publicité,  mais de façon plus  aléatoire,  l'affichage sauvage, non réglementé, hors des espaces prévus. Cette pratique ne concerne pas seulement une liberté d'expression revendiquée,  car elle se veut aussi publicité pour des spectacles plus intimistes, moins renommés, ayant peu de moyens financiers  à consacrer à l'information.
 Dans une société que l'on dit "dévouée au culte de l'image", la recherche  en histoire de la publicité peut amener un ajustement de ce constat. En effet, si cet engouement pour la représentation s'est fortement développé, il n'est pas le fait du XXIe siècle , mais bien l'évolution d'un penchant antérieur.   Des affiches pour "faire parler les murs", des surfaces  de papier éphémères, qui n'altèrent pas le support, les murs des villes, les véhicules de transports en commun,  en exhibent régulièrement de tous formats. Le goût des enfants pour les images, se prolongerait-il  à l'âge adulte, avec  cette continuité de l'attachement à la représentation, par le truchement de l'affiche ?  


Free lance Writer 
Culture   Art   Patrimoine
(Photo-montages:N-L. M.,
suggestion de  sujet:  C.V. )

mercredi 30 août 2017

Spéléologie, insolites voyages au centre de la terre

Avens, grottes, lacs, salles ornées de stalactites et stalagmites :  si  ces endroits souterrains    sont familiers et accessibles  au grand public  c'est grâce à la ténacité de quelques hommes courageux qui ont suivi leurs intuitions et leurs déductions.. Certes, s'il y eut aussi la part du hasard dans certaines découvertes ( enfants jouant dans les collines, berger cherchant une brebis perdue dans une faille rocheuse..), il est bon de rappeler que bien des trouvailles sont le fruit d'expéditions risquées, et que   la science de la spéléologie est relativement récente (XIXe siècle ) même si, auparavant,  quelques très audacieux précurseurs se sont aventurés dans les  profondeurs de .

Edouard-Alfred Martel (1859-1938): Considéré comme le fondateur de la spéléologie moderne, il a répertorié 230 cavités et grottes, fondé un bulletin:  Spelunca, et exploré avec "Bonheur" (rivière locale)  le gouffre de Bramabiau.
 Loi sur la santé publique (15 fév. 1902) : l'article 28  .
E-A. Martel, qui a laissé son nom à plusieurs gouffres, est l'auteur de  plus d'un millier de publications (sur divers sujets dont la spéléologie, l'eau , le sol...) . Il a également réalisé  une étude géologique  sur le site de Montpellier-le-vieux.
Vidéo : 
- Les gorges du Verdon ( 11-8-1905/ la traversée de E.A. Martel)
https://www.youtube.com/watch?v=PZZl0WyJock
 Sites à consulter :
http://forezhistoire.free.fr/martel.html
http://nogareda.free.fr/martel/martel.htm 

Félix Mazauric (1868 -1919): On lui doit plusieurs   topographies dont celle  du gouffre de Bramabiau. Il reçut , en 1896 la grande médaille du Club Cévenol (association de préservation du patrimoine Cévennes/Causses , créée par le spéléologue Paul Arnal en 1894). Il est le beau-père de l'académicien André Chamson et  le grand-père de l'auteure Frédérique Hébrard.
Il fut  Conservateur des musées archéologiques et monuments romains de la ville de Nîmes à partir de 1909. 
Site à consulter: 
http://souterweb.free.fr/speleologues/mazauric.htm

 Louis Armand (1854 -1922) Authentique passionné de la spéléologie, il a participé à de nombreux travaux et de multiples expéditions en accompagnant et assistant E-A. Martel. Il a donné son nom au célèbre  Aven Armand qu'il a découvert en septembre 1897.
http://www.aven-armand.com/fr-fr/accueil.aspx            


Norbert Casteret: (1897 -1987):spéléologue, écrivain, conférencier,  il a su vulgariser la spéléologie et  y intéresser le grand public. Il est l'une des grandes personnalités de la
spéléologie  du XXe siècle.   
https://www.youtube.com/watch?v=WrLg5ZnGIgM
A voir aussi le DVD: "Norbert Casteret, chasseur d'abîmes" , écrit et  réalisé par Guy Fournie avec une présentation  du spéléologue Jacques Jolfre.
Michel Siffre : Pour cet explorateur souterrain doublé d'un pionnier scientifique,   outre la découverte ,   ce sont  des avancées par l'expérience, en étant lui-même le sujet-cobaye ( dont la mémorable expérience hors du temps dans le gouffre de Scarasson du 17 juillet au 14 septembre), qui l'ont médiatisé. et  la même année, en  1962, il est le  créateur de L'Institut français de spéléologie. En 1999 il reste plus de 2 mois,  dans des conditions similaires (hors du temps) dans la grotte de Clamouse.
De nombreuses
publications narrent la réalisation des divers projets : les applications et les conséquences de ces expériences sur l'horloge biologique humaine, les notions de temps (temps psychologique, temps réel, hors du cycle jour/nuit (horloge et rythme circadiens) et des habituels accessoires de mesure horaire)..
à lire et à regarder (vidéos):
 http://www.clamouse.com/fr/decouvrez-clamouse/les-dossiers-thematiques/michel-siffre/
 (article du journal le monde )
http://www.lemonde.fr/tant-de-temps/article/2017/05/05/michel-siffre-sous-terre-sans-repere-c-est-le-cerveau-qui-cree-le-temps_5122609_4598196.html
Haroun Tazieff :(1914-1998) Célèbre pour ses travaux et observations cruciales   dans le monde éruptif  des volcans, on connaît moins son activité de spéléologue et celle d'alpiniste. En effet, il faisait partie de l'équipe qui explora le gouffre de la Pierre St Martin (P-O). Il s'est  appliqué tout au long de sa carrière  à défendre fermement ses positions, notamment sur l'information auprès du public au sujet des risques majeurs 
http://tazieff.fr/biographie/
H. d'Angeveille

 Dans le milieu assez masculin de la spéléologie, certaines (rares) femmes ont cependant fait leurs preuves et ont trouvé leur place:
Henriette d'Angeville (1764- 1878) fut une femme intrépide qui s'intéressa à la spéléologie vers  la fin de sa vie d'alpiniste et  créa le musée de minéralogie/géologie  de Lausanne.
Adresse du Musée: 
Place de la Riponne 6, CH - 1005 Lausanne.
https://www.unil.ch/mcg/fr/home.html
Elisabeth Casteret (1905-1940), femme de Norbert Casteret, elle a participé à de nombreuses expéditions.  Annette Bouchacourt (1916-1944), et aussi : Florence Guillot , Véronique Leguen, Stéphanie Schwabe....


La spéléologie, science des déambulations souterraines, qui sont parfois d'éprouvantes reptations dans d'étroits goulots, est aussi la convergence de diverses disciplines, telles:  la géologie, la géographie, l'archéologie, la plongée, l'alpinisme...
Pour profiter au maximum il faut rappeler que (en tant que simple visiteur ou spéléologue amateur) :
- Cette activité nécessite une assez bonne condition physique,   d'aimer la pratique  sportive,  et   de ne point être claustrophobe,.
- Il est recommandé de respecter,  et d'observer  les consignes de sécurité,
- Il ne vaut mieux pas  se lancer en solo, mais adhérer à une association,  afin d'effectuer les sorties en groupe.
A savoir :  
Il existe de magnifiques  sites non accessibles au grand public pour cause de préservation  : La Grotte de la Hountaou (Montespan et  ses remarquables statues, la grotte aux 6 lacs (Lauzinas à St Pons de Thomières). En effet la haute fréquentation (trop nombreux passages du public dans les salles)   peut endommager les parois, leurs décors multimillénaires. Souvent, les aménagements coûteux des grottes  (guide-commentateur, éclairages, balisages, accès, couloirs de transition..) leur actualisation (normes de sécurité)  et leur entretien, peuvent expliquer  un prix d'entrée en adéquation.
Lieux de culte, de refuge, plus que d'habitation, les grottes ("espaces  de fraîcheur" = aux alentours de 10 degrés)  se dévoilent, depuis seulement deux siècles d'investigations rationnelles et raisonnées, en apportant leur riche lot de renseignements, de réflexions, sur un monde très ancien, qui cependant  interpelle fort  l'homme moderne. Au-delà des orgues minérales, des gracieuses concrétions de  stalactites et stalagmites, les empreintes des lointains millénaires se révèlent peu à peu... 

   
N.B: Les listes des personnes et lieux cités ne sont   point exhaustives.  

Free lance Writer 
Culture  Art  Patrimoine











vendredi 11 août 2017

Summer freeze .. aestatis gelati

Coup de frais sur un été 2017 caniculaire, la crème glacée a triomphé en tous lieux. Longtemps réservé aux classes aisées, à cause de sa rareté et de son prix élevé, ce régal des petits et grands, qui est autant un dessert de fête qu'un plaisir gustatif estival, s'est bien démocratisé en devenant accessible à tous. (prix abordables, nombreux points de vente et multiplicité des parfums) 
Mais que sait-on exactement de cette gourmandise en cornet  qui sait aussi être mise  en pot ou en coupe ?
L'Antiquité: 
On dit que la technique de sa fabrication  fut importée du Moyen-Orient, et que les riches  Romains  appréciaient déjà  ce mets de banquet dès l'Antiquité.  Néron, et ses convives, dans la célèbre salle à manger tournante de sa Domus aurea,s'en délectaient,  paraît-il.
Lire l'article sur le même blog :
http://international-culture-blog.blogspot.fr/2017/02/tourner-comme-le-monde.html 
et aussi l'ouvrage de Louis Bourgoin (1924)
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00894759/document
Plusieurs procédés de rafraîchissement  sont évoqués dans l'historique de la crème glacée :
- l'eau courante sur le contenant (récipient en poterie) 
- le sable
- le liège (isolant thermique)
- la neige (mêlée à une préparation à base de fruits)
- la  glace pilée
 Des recettes :
  La crème glacée était plus apparentée à un sorbet car c'était initialement une purée de fruits sucrés au miel.
Le sorbetvient du terme "sharbet" (=glaçon fruité,  en arabe)
La glace à la table des rois :
Catherine de Médicis:
Outre les artichauts, et la fourchette à 2 piques, on attribue à  la reine d'origine italienne quelques  apports  et "nouveautés",  de son pays natal, dans les cuisines de la demeure royale française  : la pâte à choux, la crème frangipane, les macarons, le sorbet..
Plus tard, Louis XIV, dont le règne a accumulé les superlatifs dans maints domaines, donnait des soupers réputés par leur abondance de plats,  et donc très courus (tant il est vrai que l'on se bousculait pour  être convié à la table réservée aux courtisans). Le nombre de mets était  toujours impressionnant, Si le Roi avait  la réputation d'être gourmand et gourmet pour les plats salés: légumes (les asperges, les petits pois ( venus d'Italie et introduits en France par Audiger) ..), poissons, gibier, il ne dédaignait pas les desserts.
En 1660, Nicolas Audiger (chef d'office chez la Comtesse de Soissons, puis chez Colbert, auteur d'ouvrages sur la cuisine -1692)  propose à Louis XIV une recette de sorbets et de crèmes glacées.
Le Roi,  ravi de ses services, demande à son valet de chambre Alexandre Bontemps  :
-" Bontemps, faites donc donner quelque présent en argent à ce limonadier qui le mérite tant!"
(réf. Mathieu Da Vinha- Alexandre Bontemps premier valet de chambre de Louis XIV)   
 Procopio dei Coltelli, "Procope":  est un cuisinier Florentin,  installé à Paris. En 1660, il ouvre  un  café rue de l'Ancienne-Comédie. Il y  sert des sorbets et des boissons rafraîchies. C'est un si  grand succès qu'en  1676, l'autorisation est donnée aux limonadiers de fabriquer des glaces.    
De même,  Joseph Gilliers,  chef d’office et confiseur, en Lorraine  à la cour du roi Stanislas., est l'auteur du "Cannaméliste français" (nouvelle instruction pour ceux qui désirent apprendre l'office-1751) . 
Repas servi à Louis XIV à St Germain en Laye (extrait d'un texte de Raymond Olivier"Journal de Saint-Germain du 9 décembre 1980") 
"Sorbet à l’'ananas et au rhum Les deux sorbets sont servis dans une même coupelle, isolés avec une demi-tranche d’ananas. Ces coupelles sont elles-mêmes posées sur de la glace pilée. Cette opération facilite le service car les sorbets fondent très vite."
Symphonies pour les soupers du Roi ( M. Delalande):
https://www.youtube.com/watch?v=UWAWrpJY59w
Les glacières :(à partir du XVIe s.)
Petit bâti en pierre, généralement en forme de dôme, la glacière pouvait être privée ( sise dans une propriété) ou publique ( à l'orée d'un village). Ce patrimoine est  tombé en désuétude au début du
XXe s.,  mais il est encore visible dans certaines communes de France  qui ont pu, et su, en conserver quelques exemplaires. On y entreposait la glace venue des sommets des  montagnes (Alpes,
Pyrénées, Massif central) , transportée à dos de mule, à dos d'homme, par traîneau,  et même exportée à l'étranger, par bateaux. Ce commerce fut plus lucratif qu'on ne pourrait le penser, puisque certaines entreprises y ont fait fortune. La glace débitée en blocs, servait essentiellement à la conservation des aliments.
Manger froid  est devenu plus qu'une mode passagère, mais un réel réflexe d'hygiène pour éviter la détérioration des denrées périssables. Peu à peu, entrés dans les demeures grâce à une technique accessible, les appareils de conservation par le froid ont permis une autre gestion de l'art culinaire et de la gastronomie. Ainsi la glace, de  mets d'exception réservé à la cour des rois et des papes,  est  devenue mets de consommation courante.  Les recettes se sont multipliées, affinées. Et l'on décline aujourd'hui une large  palette de maintes saveurs, parfois étonnantes et inattendues,  de crèmes glacées et de sorbets. Que ce soit  à l'italienne (cassata, tranche napolitaine, gelato...) , à l'américaine (ice cream, smoothie), à la française, (bombe glacée, omelette norvégienne ..), chacun a le choix de fondre pour la glace.
Quelques chiffres, pour information :
  13 milliards de litres ont été consommés en 2008, dans le monde., dont  360 millions de litres en France (consommation annuelle : environ 5,5l /personne). 

La crème glacée en chansons :
Boby Lapointe : 
 https://www.youtube.com/watch?v=K4Jkh5aAn-0
Ice cream ,  en vidéo pour les plus jeunes :
https://www.youtube.com/watch?v=DaMhY8uvUWE
 et en version country (Hannah Montana (Miley Ray Cyrus)- Ice cream freeze) :
https://www.youtube.com/watch?v=V_Zy1fdQbsM


Free lance Writer 
 Culture  Art  Patrimoine