mardi 6 décembre 2016

Sans fard ... ?

 Qui imaginerait se passer de la cosmétique au XXIe siècle ? Nombreux sont celles et ceux qui y ont recours. Pour se parer,  ou corriger certaines imperfections, l' on se farde, l'on se maquille, et  avant tout:  l'on se soigne.. Mais cela implique aussi des contraintes, des séances qui peuvent être douloureuses,  fastidieuses (comme l'épilation) concrétisées par l'adage " pour être belle , il faut souffrir ".  Car rares sont les individus qui correspondent de façon innée aux canons de beauté de l'époque où ils vivent. Que ce soit le diktat des rondeurs,  ou  de la minceur, celui des perruques ébouriffées, ou de  la chevelure lisse,  de la peau blanche,   ou bronzée toute l'année... , le naturel n'est pas toujours au rendez-vous, et l'on doit bien se plier, alors,  à l'utilisation   des artifices (ou à celle de la machine, ou même de la chirurgie) si l'on veut avoir une image conforme à celles véhiculées par les courants de  mode,  ou affichées dans les magazines.Sachant  pourtant pertinemment, de nos jours,  que la retouche photographique est passée par là ...

Il faut remonter  dans le temps pour pouvoir attester de ces pratiques cosmétiques . En période préhistorique,   on  utilisait de la terre humide appliquée sur la peau,  pour se protéger du soleil, ou des insectes. On en fit vite un atout beauté capable d'aider à séduire. Les pratiques de la cosmétique de l'Egypte ancienne sont bien connues  par les représentations hiéroglyphiques et le matériel retrouvé dans les prestigieux tombeaux . C'était essentiellement :  l'usage du Khôl, des ombres à paupières, du cône de parfum sur la tête, (remplacé par un poisson en cas de migraine !!).
http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doschim/decouv/couleurs/fards2.html 

Marie-Antoinette
Des poudres, des onguents, des teintures, des mixtures, des préparations à bases de plantes (et parfois  de métaux, ou d'animaux),  il fut un temps, en Europe (XVIe, XVIIe,  XVIIIe s.) où cela sentait le soufre au sens propre comme au figuré.. Si, dans la Grèce antique, l'on a écrasé des mûres sur ses joues, pour les faire rosir  afin d'avoir meilleure mine,  un millénaire plus tard on se  poudrait de blanc le visage, le corps et la perruque.
En Amérique du Nord   les peintures de guerre des amérindiens (surtout sur la face)  sont  des lignes savamment  tracées pour tenter d'impressionner l'ennemi. Sur d'autres continents ce sont les scarifications et les tatouages. Mais il s'agit aussi de signes d'appartenance à une tribu,  ou l'expression d'un grade au sein du groupe social.On retrouve ces décors faciaux dans les danses traditionnelles et les rassemblements culturels des ethnies respectives.
Se farder est-il affaire de femmes ?  Derrière l'industrie lucrative, soutenue par d'intenses campagnes publicitaires,  il y a, de la part de la clientèle, une demande croissante, exigeante (course au rajeunissement) ,  plus avertie des dangers des abus de certains produits, et de leurs effets,  parfois néfastes (allergies, et même empoisonnements),  mais pouvant être  aussi bénéfiques (entretien et protection de la peau). Presque exclusivement féminin,  ce secteur socio-commercial est devenu aussi une préoccupation  masculine .. L'homme   contemporain  veut être, lui aussi,   "bien dans sa peau".
 "Miroir , mon beau miroir.. "
Comédiens (de théâtre, de cinéma, de TV), artistes  de cirque, chanteurs, ont également besoin de la cosmétique pour pratiquer leur art, leur métier, afin de mieux capter la lumière, de gommer quelques  disgracieuses imperfections,  certes,  mais surtout pour "changer de tête" ou se faire celle du rôle.  On ne parle plus alors de se maquiller mais de se grimer.  L'esthétique prend une autre tournure, car on est dans la composition d'un personnage. l'illusion doit être parfaite. Si elle est voulue outrancière, on est dans un registre comique, satirique. Le jeu d'acteur est complété,  étayé, par l'aspect général (costume + allure + expression faciale). 

Pour en savoir plus : 
http://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/histoire-des-cosmetiques/
http://www.histoire-pour-tous.fr/forum/histoire-des-soins-de-beaute-t1161.html
 A lire :
- "Quête de beauté , pratiques culturelles et risques " ( Bernard cadet et Gérard Chasseigne) 2012


" La vérité est nue, car elle est sans fard " N-L. M.

Free lance Writer 
Culture  Art  Patrimoine 
(photomontages: N-L. M.)

mardi 29 novembre 2016

So young and so talent

L'âge ne fait rien à l'affaire. On est doué , on naît doué. Et le travail vient consolider le don inné.  Depuis Wolfgang- Amadeus Mozart,  on n'a guère eu d'équivalent dans la pratique artistique.. On a certes aperçu quelques jeunes ayant des dispositions, mais rien d'exceptionnel. Pourtant le XXIe siècle semble porteur de talents,  si l'on en croit les prestations et interviews de nouvelles têtes d'affiche. On parle alors de prodige, de précocité, d'esprit novateur..

Alma Deutscher : fillette britannique, même pas teen-ager (11ans) ,  est déjà célèbre pour son jeu pianistique  ou au violon, , ses compositions, son sens de l'humour, de l'harmonie et de la mise en place musicale. On lui doit  des sonates (dont la 1ère fut composée à 6 ans), des concertos,  un opéra"Cinderella" ( création en Autriche, à Wien  le 29 décembre 2016), la jeune compositrice y jouera du piano et du violon ). Affirmée, et déterminée dans ses déclarations,  la demoiselle a sa propre personnalité , son style personnel. Mais tout en appréciant le musicien, (elle interprète quelques -unes de ses œuvres),  elle n'aime guère la comparaison trop facile,  que l'on fait d'elle  avec le jeune Mozart en début de carrière.  Alma a vraiment l'âme d'une grande.
Alma au violon :
https://www.youtube.com/watch?v=zad7fkhGzzs
Alma au piano :
https://www.youtube.com/watch?v=bxUI4DeoWGg
Alma et sa "Cinderella"(version courte donnée en Israël)
https://www.youtube.com/watch?v=-IzTR8qdVLs

Almira Willighagen : jeune chanteuse (12 ans) originaire  des Pays-Bas, a  été remarquée dans ses interprétations  d'airs d'opéras. Sans se cantonner au classique,  elle évoluerait plus  musicalement ,dans le genre crossover. Son art est brut, inné  (sans apprentissage) mais cependant on parle de"performance" . Elle s'est déjà  produite en concert avec  André Rieu, a chanté en duo avec Patrizio Buanne , avec Tim Akkerman, mais également avec  Paul Potts et James Bhemgee...
En duo avec Gissur Páll Gissurarson:
https://www.youtube.com/watch?v=tEImCJWI_ak



 
Joey Alexander :   jeune indonésien (13 ans) virtuose pianiste de jazz ,  en impose par sa maturité de la syncope et du doigté. Il  s'est fait remarquer au Jazz Lincoln Center. En solo, en trio, ou accompagné par une grande formation orchestrale, sa maîtrise instrumentale est remarquable. Si  Joey  se consacre  aux standards traditionnels, il se livre aussi à la  composition d’œuvres personnelles et inspirées.
 https://www.youtube.com/watch?v=AqS1DvRPwHA


Lucas Debargue :  (26 ans) pianiste français, qui a débuté l'apprentissage du clavier à 11ans.  Il a remporté de nombreux concours internationaux , en une décennie. Il a su trouver et développer  un jeu très personnel , dépouillé, mais efficace.  On parle souvent, à son sujet, de "phénomène pianistique" tant il impressionne,  lors de ses interprétations d'un répertoire que l'on dirait "revisité " sous ses  mains immenses. Et l'on ne peut s'empêcher de songer au virtuose F. Liszt dont l'empan, dit-on, couvrait 1/3 du clavier.

Lucas Debargue version Classique:
https://www.youtube.com/watch?v=XP-R46IJs-g
Lucas Debargue version impro Jazz :
https://www.youtube.com/watch?v=qhRL6SBHMsQ


On n'oublie pas également :

Roberto Benzi : né en 1937 ("chef d'orchestre en culottes courtes" à 11 ans), l'enfant doué, qui, devenu adulte,  continue à  mener  une grande et belle carrière  de pianiste, chef d'orchestre, directeur musical, enseignant en Masterclasses...
http://www.robertobenzi.com/biographie.html
Documentaire ( interview et reportage du 16-2-1971) : 
http://www.ina.fr/video/CAF97017039


Isabelle Adjani : comédienne à l'âge de 14 ans,   inoubliable, à 17 ans,  dans le rôle d'Agnès de " L'école des femmes" (Molière) à  Paris, à la Comédie Française. Elle  a su garder  au fil des années, sa
fougue, son authenticité,  et son implication,  dans chacune de ses interprétations de personnages:  au théâtre, au cinéma, à la télévision. Talent reconnu,  récompensé,  Isabelle Adjani a reçu 5 fois le César de la meilleure actrice.
Video du 6 mai 1973 (mise en scène de la pièce : J-Paul Roussillon) 
https://www.youtube.com/watch?v=H0h015MhnoI   




Lorsqu'un don initial est allié à un apprentissage rapidement assimilé,  et à une technique aisément maîtrisée, intégrée, on peut alors  considérer que  les Muses  se sont  effectivement  penchées sur le berceau de l'enfant.   Et si l'on a la chance de pouvoir trouver les bons enseignants qui sauront accompagner le parcours du jeune prodige, le pari est quasiment gagné.   Autre enjeu cependant : savoir tirer parti, sur la durée,  de cette gloire précoce.



Free lance Writer 
Culture  Art   Patrimoine





dimanche 20 novembre 2016

De blasons en manuscrits, la passion de la généalogie

Depuis la fin du XXe siècle le quidam s'est pris de curiosité et d'intérêt pour l'Histoire en général , et plus particulièrement pour sa propre histoire. Sera-ce, pour autant,  pour rendre désuète l'expression d'André Gide (in Les nourritures terrestres - 1897): " Familles, je vous hais"?   La réponse appartient à chacun. Mais  il s'agit bien d'un réel engouement, pour la recherche identitaire, que l'on remarque depuis quelques décennies sur tous les continents. De remises en question, en sorties de boîtes à photos familiales sur la table du salon ,  de questionnaires soumis aux  aïeux encore vivants (Mère, te souviens-tu ... ?) la génération des sexagénaires, séniors retraités dits"actifs", se démène amplement  avec énergie et détermination. Car, dans un monde où on ne sait plus très bien où l'on va , on préfère   se demander d'où l'on vient .. Chercher à savoir, à transmettre...
Les associations de généalogie font alors recette. Les adhérents fidèles y tiennent conseil,  et complètent leurs travaux par des séances (collectives ou individuelles) aux archives.   Tables décennales,  registres d 'état civil sont  lus avec avidité, mais il faut ajouter une recherche personnelle à travers les documents familiaux, afin de faire les indispensables comparatifs   de datations, de générations, de prénoms. Ces exercices étant rendus parfois difficiles, et même fastidieux,  à cause de la transmission des prénoms  des aînés : du grand-père, au père, puis au fils .. Si l'on parle alors d'arbre généalogique , c'est peut-être parce que les ramifications sont souvent "noueuses" ! .. Il faut également compter sur quelques "surprises" qui resurgissent d'un passé  enjolivé (ou assombri),  à travers les éléments de correspondance privée, de comptes et héritages, de filiations et d'actes notariés ..
Les racines (Roots) des structures familiales n'en finissent pas de sortir de leur sol profond où les aïeux les ont ancrées.
Depuis l'année de sa création à Barcelone, en 1929, et fort de son succès, le Congrès international des sciences généalogiques et héraldiques,  a fait du chemin,  puisqu'il en est , en 2016 à Glasgow, à sa XXXIIe édition.
http://www.congress2016.scot/fr/index.htm
Sur un thème similaire,  on peut signaler également la tenue , tous les deux ans, du Colloque International de Généalogie :
1999: Moscou -2001 :St Marin - 2003: La Haye- 2005: Paris- 2007: Lasi (Roumanie) - 2009: Guimarães(Portugal)- 2011: Bologne- 2013:  St Petersbourg- 2015: Madrid - et celui de 2017 est prévu à Montréal.
http://www.cfqlmc.org/colloque-aig-2017
Les sites de  recherches internationales sont indiqués sur la page de la fédération française de Généalogie.
http://genefede.eu/ En Afrique : Généafrik s'est tenu le 26 juin 2016.
L' A.A.F. (association des archivistes français) a organisé une journée d'études le 13-3-2011 sur: " La réutilisation des données publiques" .
Outre une intense  scrutation de documents personnels, c'est à travers maintes manifestations (rencontres, portes ouvertes, conférences, débats, colloques, voyages, échanges de documents...) et revues spécialisées,  que les  chercheurs passionnés peuvent  se contacter, échanger leurs informations, et progresser dans leur quête.

 La paléographie,  la consultation d'armoriaux  anciens, permettent une intéressante remontée dans le temps, à travers les manuscrits, ou l'héraldique. Sciences abruptes, considérées comme difficiles et peu abordables, elles peuvent décourager au premier abord . Et pourtant, toute recherche ambitieuse, sérieuse,qui implique une plongée dans les siècles passés, nécessite cette confrontation. Il est vrai que certains blasons, altérés par le temps, n'offrent pas une lecture aisée au néophyte.   Un œil averti et attentif  ne suffit pas
pour décrypter un texte ou un écu. Il faut de la pratique, des références,  qui s'acquièrent progressivement. Mais la passion étant très motivante, on peut s'atteler à la tâche, soutenu par  la force d'un groupe, d'un atelier, d'une association. .
Après la 1ère étape des archives individuelles, il est conseillé d'aller affiner  sa recherche aux archives municipales, puis départementales , et même nationales. Certains documents issus de ces  sites sont actuellement en ligne.  Lorsque cela est possible, une visite sur les lieux (autre région, autre pays)  qui ont vu vivre les ancêtres,  n'est pas négligeable, et  même si l'environnement a été modifié, la lecture de  quelques  cartes postales anciennes  témoigne,  et fournit de précieux renseignements.

Archives  (liens utiles  pour ceux qui font des recherches sur le territoire français)
http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/ressources/en-ligne/
http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/chercher/organiser/carte-ir/
 http://www.guide-genealogie.com/guide/archives-en-ligne.html
 http://gallica.bnf.fr/

Free lance Writer
Culture  Art   Patrimoine 


dimanche 13 novembre 2016

So long ...


Léonard Cohen, (1934-novembre 2016) artiste canadien aux talents aussi multiples que divers, (poète, essayiste,  romancier, musicien, chanteur ..) a quitté la scène en ce début de mois de novembre 2016....
http://www.webheights.net/cohenconcordance/ffh.htm
 Et le monde du spectacle, comme tous les fans aux quatre coins du monde (en particulier de son Canada natal à son havre grec d'Hydra), regrettent celui qui vient de "quitter la table" .. (cf son 14e album:  "You want it darker" sorti fin octobre). Un étrange hasard (?) qui rappelle le décès de David Bowie, quelque temps après la  parution de son 25e et ultime  album  "Blackstar". Ces albums,  testaments musicaux et poétiques, sont souvent considérés comme des  sources d'interrogations,  mais aussi comme des témoignages de carrières exceptionnelles, et  de précieux  legs  à des fans orphelins. L. Cohen, petit-fils de rabbin, c' était à la fois  l'humour (de l'autodérision au trait parfois assez sombre) et l'engagement.    
https://www.youtube.com/watch?v=ttEMYvpoR-k
            *                           *                      *                              *

Yvette Chauviré:   (1917-octobre 2016) L'ancienne  danseuse étoile de l'Opéra de Paris est partie sur la pointe des pieds après une longue et belle prestation dans le monde de la danse classique. Nommée à juste titre Prima ballerina assoluta , elle a dirigé le ballet  de 1934 à 1974. Après son propre parcours de danseuse, notamment auprès de son maître  Serge Lifar,   elle s'est impliquée, en tant que professeure de danse,  dans la pédagogie et la transmission de son expérience auprès des jeunes. Le grand public  a retenu son interprétation exceptionnelle  de "Giselle", et, en 1987,  l'évocation de son travail  dans le film documentaire  de Dominique Delouche ("Yvette Chauviré, pour l'exemple" )
Dans ces 2 extraits ci-dessous,  les partenaires d'Yvette Chauviré sont : Rudolf Noureev et  Cyril Atanassoff 
http://www.ina.fr/video/I11189310 
Toujours sur le thème de la danse,  autre film dans lequel on retrouve Y. Chauviré : "La mort du cygne" (1937).  Yvette Chauviré a été maintes fois récompensée , elle était grand croix de l'ordre du Mérite, grand officier de la Légion d'honneur et également des Arts et Lettres. 
            *              *            *                               *            *              *



Oleg POPOV  (Олег Константинович Попoв) 1930 -novembre 2016: Le clown le plus âgé encore en activité, et aussi le plus connu,    a fait son dernier tour de piste, à Rostov sur le Don ( Russie du sud),  lors d'une tournée .. Sa silhouette caractéristique (maxi casquette à carreaux), ses tours de jonglage,  ses facéties ont provoqué le rire, l'admiration, l'émotion, sous maints chapiteaux de cirque. Récompensé en 1956, 1958, 1969, décoré en 1980 de l'ordre de Lénine,  en 1981 O. Popov reçoit le clown d'or au festival international du cirque à  Monaco...  Il a su rester simple, malgré sa grande et longue  célébrité,    toujours fidèle à son objectif  professionnel: "L'essentiel, pour moi, c'est d'amuser tout le monde. Les enfants comme les adultes.." (extrait d'une interview accordée au JT de la RTBF)
https://www.youtube.com/watch?v=3OJ7ISbikm4 
              *            *          *                        *             *              *
Jean-Jacques Perrey (1929 - novembre 2016) , alias Pat Prilly dans les années 70,  compositeur de musique électronique,  a laissé une voie importante où se sont engouffrés pas mal de suiveurs .. Précurseur en la matière, il fut démonstrateur de l'Ondioline (un orgue électronique inventé  par  George Jenny en 1941, l'un des tout premiers synthétiseurs (= instrument de lutherie électronique)) .
https://www.youtube.com/watch?v=05sAxt8zNZI
Quelques albums (compositions  de J-J. Perrey) :

Prélude au sommeil (1957), Mr Ondioline (1960), the Amazing New Electronic Pop Sound ( 1968), Moog Indigo (1970), ainsi que d'autres albums en collaboration (notamment  avec Dana Countryman, David Chazam, Gershon Kingsley.(The In sound of way out (1966) ).
https://www.youtube.com/watch?v=9hU8gVDxmUc

Outre ses albums, J-J. Perrey a composé aussi  des jingles publicitaires, des musiques d'accompagnement et des thèmes pour le cinéma. Il a su faire émerger une  musique expérimentale pour la rendre concrète et   utilisable dans la variété, en y intégrant et  appliquant des technologies nouvelles. La rapide évolution des sonorités n'a pas cessé sa course depuis les années 60. Et, depuis lors,  les instrumentistes actuels  sont les héritiers de pionniers tels que Jean-Jacques Perrey.  Avec sa disparition, c'est une page de l'histoire de la musique électronique qui se tourne donc , mais qui ne s'efface pas. 
L'un de ses titres les plus repris  : E.V.A.
https://www.youtube.com/watch?v=dXTGN_St-ho 

Free lance Writer 
Culture  Art   Patrimoine 




 

samedi 29 octobre 2016

Parler de soi : de l'autoportrait à l'autobiographie

 Faut-il bien se connaître pour s'exposer aux regards des autres et assumer cette  démarche ?
 Dans une époque où la dignité, le respect, la pudeur, l'exhibition, la provocation, la vie privée, la vie publique,   ont d'étranges et floues limites,  on pourrait s'interroger.. L'art et son histoire peuvent apporter quelques éléments de réponse, le reste relevant  du domaine de la sensibilité  personnelle, du ressenti,  et de l'estimation  individuelle.

Faire de son corps, ou de sa vie,  une œuvre d'art : narcissisme, besoin de reconnaissance, ou affirmation de différence avec talent ?.   Piercings (Rolf Buchholz) , body building , chirurgie esthétique,  scarifications, et  tatouages rituels, ou traditionnels (Maori) contribuent à la modification de l'apparence physique, révélant parfois une appartenance à une classe sociale, à une tribu, une caste, un groupe ethnique, mais servant souvent à la singularisation,  ou au contraire à l'affirmation d'une personnalité. "Suivre la mode" est-il aussi un geste assimilé à ce comportement ?  
Parmi les nombreuses manifestations internationales: Tattoo Expo Skin Art, les Tattoo Conventions,
le  salon de l'art corporel  de Rosenheim (Bayern) Körperkunst., en était à sa 7e édition  le 22 octobre 2016. 
Ainsi, des artistes ont délibérément choisi leur corps comme support d'expression : Orlan, Cindy Sherman, Milo Moiré, Lexie Lazear...
Voir aussi l'article:  
http://www.revueregain.com/le-corps-peut-il-etre-oeuvre-dart/
Dessin/  Peinture-
Pour des raisons de commodité ou de manque de moyens financiers  ( les modèles se faisant payer un certain prix) les peintres ont été souvent amenés à  s'inspirer des silhouettes et des visages des personnes de leur entourage familial, amical, et même à  se prendre eux-mêmes pour modèles.  Van Gogh et son célèbre
autoportrait, Rembrandt et son visage aux yeux hagards, la très sérieuse Frida Kahlo, les déclinaisons colorées d'Andy Warhol... en ont laissé plusieurs à la postérité. Souvent croqués ou peints à quelques années de distance, ces autoportraits ont jalonné l'existence de leur auteur, laissant un instantané, un moment pris sur le vif,  dans une période précise, comme un irremplaçable  témoignage de style, d'humeur, dans leur parcours d'artiste. C'est pourquoi, en histoire de l'Art il est intéressant de se pencher sur tous les autoportraits d'un artiste,  afin de mieux le connaître.

 Photographie : Presque autant que les peintres, les photographes ont pratiqué l'autoportrait. Ils ont pour cela posé devant leur propre objectif, sans employer forcément  les manipulations d'usages( le retardateur qui donne le temps de pose) . C'est ainsi qu'on les retrouve, dans les autoportraits,  l'appareil de photo encore en mains.Mais, de la même manière qu'un peintre se représente tenant les pinceaux devant sa toile, le photographe, en un acte volontaire,  ne lâche pas pour autant son outil de travail, même le temps d'un portrait. Cet outil devient alors signature, objet  d'identification et de reconnaissance. 
Littérature :  Décrire sa vie, se dépeindre avec ses qualités, ses défauts, analyser les événements heureux ou tragiques de sa destinée peut être un travail salutaire sur sa propre personne, dans un cursus presque clinique d'autoanalyse. Le talent s'attachant alors au  style de la narration, rendant au texte sa puissance, ses accents de conviction afin d'entraîner le lecteur dans un genre particulier. Ce dernier peut varier entre le journalisme, l'histoire anecdotique, le récit romancé, le constat, selon la personnalité du rédacteur. Si l'on a été parfois surpris en confrontant certaines  biographies anciennes  à la chronologie et aux réalités des faits historiques, on peut aussi se demander : qui d'autre que soi-même peut mieux parler de soi ?
Marcel Pagnol, Hervé Bazin, Robert Sabatier, ont su si bien mettre des mots sur leurs souvenirs d'enfance, qu'ils  ont  partagé leurs propres émotions avec  des milliers de lecteurs. Ces œuvres autobiographiques,  devenues populaires, ont fait l'objet d'adaptations cinématographiques. 

Autobiographie : mot employé en  1815 en Angleterre, et en 1842 en France. Avant le XIXe s.  on utilisait le terme de :  Confessions, Mémoires, journal intime... Mais on disait également  à la période médiévale :  Vita, Récit de mes malheurs  ( Abélard),
http://www.espacefrancais.com/l-autobiographie/
à voir aussi : 
à Essen (Allemagne) , l' exposition "Dancing with myself "(collection François Pinault)
https://www.museum-folkwang.de/de/aktuelles/ausstellungen/aktuell/dancing-with-myself.html 
 infos pratiques :
https://www.essen.de/veranstaltungen_4/veranstaltungendetail_961540.de.jsp

"Mais la vie de tout individu ne pourrait-elle pas être une œuvre d’art ?" (Michel Foucault)

Le selfie à tout prix  surfe lui aussi  sur cette  vague... puisqu'il est entré "en salon" ..
Avec un brin d'humour .. et en musique
Cendrio : "Parlez moi de moi"
https://www.youtube.com/watch?v=4AxA_zTD0T8
Guy Béart : "Parlez-moi d'moi " (en duo avec Millie Karali)
https://www.youtube.com/watch?v=hy1KSlW7q5Q 


Free lance Writer
Culture   Art   Patrimoine 

mercredi 26 octobre 2016

Nobel, un paradoxe ?

Depuis sa création, en 1901,  le Prix Nobel a certes récompensé d'illustres savants mais il n'a également pas manqué de faire couler beaucoup d'encre. De manifestations d'enthousiasme en déchaînement de polémiques,  les réactions aux nominations ne laissent guère indifférent le public avide de résultats. Il est néanmoins utile de préciser qu'il n'y a pas un prix Nobel unique , mais plusieurs Prix Nobel (5),   et qu'ils sont  décernés par diverses  éminentes assemblées.
- Prix Nobel de Physique (Académie royale des sciences de Suède)
- Prix Nobel de littérature ( Académie suédoise)
- Prix Nobel  de Physiologie/médecine (Institut Karolinska)
- Prix Nobel de  Chimie/biologie (Académie royale des Sciences de Suède)
- Prix Nobel de la Paix (comité nommé par le Storting)
Diverses conditions, véritables règles d'admission,   sont requises pour être candidat et pour l'attribution du prix. 
Pourquoi un prix Nobel ?
Selon sa volonté dernière (testament du 27-11-1895Alfred Bernhard Nobel (1833- 1896): chimiste, fabricant d'armes,  "père "de la dynamite, souhaite ce prix éponyme qui  devait récompenser les travaux  d'un savant "ayant apporté un évident bénéfice à l'humanité".

Un prix qui a un prix :  8 millions de couronnes suédoises ( 880 000 euros) en 2012
Même si l'on a souvent déploré quelques lacunes dans ce genre de récompenses (notamment les mathématiques, qui font l'objet du prix Abel depuis 2003),   un autre prix existe aussi:  le Nobel en économie (depuis 1968).
Les distingués (nobélisés): depuis la 1ère remise des prix on compte plus de 800 lauréats  dont environ  40 femmes et  766, hommes, âgés de 17 à 90 ans.
A souligner:  Si quelques rares personnes ont reçu dans leur carrière 2 fois le prix Nobel (parfois dans 2 disciplines différentes) on retrouve 4 membres primés dans  une même famille:   
Marie Curie (2 fois : en 1903 et 1911), Pierre Curie (en 1903), leur  fille  Irène Joliot-Curie  et son mari Frédéric (en 1935). Marie Curie fut la 1ère femme qui enseigna à la Sorbonne, . A la suite du décès de son époux en 1905, c'est elle qui, à 39 ans, y reprit  la chaire de Physique . 

A visiter : le Musée Curie ( Paris)
http://musee.curie.fr/

Les oubliés du Prix Nobel :  Ce sont  celles et  ceux qui  furent  proposés, à maintes reprises,  mais  dont la candidature ne fut pas retenue.
Les refus :  Pour diverses raisons personnelles Jean-Paul Sartre (Littérature en 1964 ) et Phan Dinh Khai ( Lê Duc Tho - Paix en 1973) , ont décliné le prix.   Il y eut aussi  ceux qui y furent  forcés, par les autorités de leur pays respectifs : en 1938 -1939,  les 2 prix Nobel de chimie et de physiologie,  puis en 1958 le prix Nobel de Littérature.


 En 2016 les prix Nobel ont été attribués du 3 au 10 octobre, ils seront remis en décembre à Stockholm.
Chimie :  J-P. Sauvage, J fraser Stoddart, Ben Feringa    
Physique:  D.J. Thouless, Duncan Haldane,  J. M. Kosterlitz 

Littérature : Robert Allen  Zimmerman (Bob Dylan) -   
Paix: Juan manuel Santos -
Médecine : Yoshinori Ohsumi                 
                      *      *     *                      *     *     *
"...Et l'homme au tambourin suivra-t-il la  fille du Nord ? Les temps changent ..." (N-L. M. - oct 2016))
The times they are changing - (1963) - Bob Dylan 
https://www.youtube.com/watch?v=e7qQ6_RV4VQ

Free lance Writer 
Culture  Art  Patrimoine 

dimanche 16 octobre 2016

Hi Dadi, salut à toi, cher Marcel !

En cette année 2016, cela fait 20 ans que Marcel Dadi ( 1951-1996) guitariste  au doigté aussi maîtrisé qu' exceptionnel,  a laissé un grand vide dans le monde de la musique. Comment ne pas regretter ce fantastique musicien qui avait des qualités humaines sur lesquelles tous ses amis s'accordent? Humour, simplicité, amabilité, don pédagogique évident  pour la transmission des techniques  et pour l'enseignement accessible au plus grand nombre (voir la célèbre "méthode Dadi" comment lire une tablature : http://www.marceldadi.com/tablatures/livretalbum1.pdf), on pourrait ainsi énumérer encore  bien des  facettes de l'héritage Dadi. 
Pour apprendre la musique, on évoque toujours :  les bases. Car, à moins d'être doué de l'oreille absolue, d'une mémoire hors normes, d'une étonnante, dextérité,  peut-on raisonnablement se mettre à l'étude d'un instrument sans quelques rudiments de solfège, et de technique spécifique?  L'époque contemporaine aime les apprentissages brefs aux résultats quasi immédiats : c'est un leurre. On pourra certes  acquérir la connaissance  de  quelques accords, faire illusion un temps, mais s'attaquer à un répertoire ardu relève d'une toute autre démarche. En effet, l'aspect incontournable de l'apprentissage d'un art réside  en   l'assiduité, la régularité dans l'effort et dans l'étude.. La répétition des exercices, la pratique  quotidienne facilite ce parcours , qui est parfois difficilement vécu par les élèves.. L'exemple d'un maître, d'une célébrité, ou d'un artiste aident grandement à la motivation.. Il est vrai qu'imposer la pratique d'un art à un enfant qui n'est pas intéressé conduit le plus souvent à l'échec (il y en a même qui en gardent de mauvais souvenirs). Tout au contraire, restreindre ou freiner un goût marqué pour une matière artistique peut contrarier une réelle vocation.   Les conservatoires (municipaux,  régionaux, nationaux) sont des pépinières où peuvent éclore les jeunes talents. La reconnaissance,  pour un enseignement correctement  transmis, avec passion et efficacité, restera empreinte toute la vie durant dans la mémoire et le cœur d'un élève. Sans être un propos idéaliste, naïf ou dithyrambique, on sait ce que l'on doit et à qui on le doit.
Le regretté Marcel  Dadi  était un homme et un enseignant de cette trempe. Dans  son entourage,  ses  partenaires musiciens, ses  élèves, et même les spectateurs , nul n' a oublié la qualité,  et la force, et paradoxalement l'apparente facilité,    de ses prestations.( duos, émissions TV, enregistrements en studio, concerts...).  Venue des Appalaches ( chaîne montagneuse des USA) , la technique du picking, jouée avec brio  par  M. Dadi   a fait son chemin, prenant des bretelles,  et des traverses, (blue grass, blues, hillbilly, country..) contribuant à sa renommée, à sa diffusion, à sa longévité. 
Marcel Dadi l'évoque dans cette émouvante vidéo tournée à Nashville (Country Music Hall Fame) en juillet 1996,  quelques jours avant le tragique accident d'avion, dont il fut l'une des victimes. (merci à T.  L. d'avoir posté ce document sur Youtube)
https://www.youtube.com/watch?v=C6ZlCdcYL1U
Parmi tous les hommages rendus à M. Dadi, en cette année commémorative, un rendez-vous est  plus que jamais  incontournable :
Issoudun (Indre- France) : 
 Festival de la Guitare du 28 au 30 octobre 2016
et son beau programme: concerts, stages, scène ouverte, salon de la lutherie, master-class, rencontres.. pour cette 28e édition.
http://www.issoudun-guitare.com/ 
 programme détaillé :
http://www.issoudun-guitare.com/3.html
exposants :
http://www.issoudun-guitare.com/139.html
En 1989, Marcel Dadi est  l'auteur de  la genèse du projet de ce festival. Il voulait créer une version européenne d'une manifestation (CAAS) qui se déroulait à Nashville à la mi-juillet:   la Convention de la guitare.
http://www.chetsociety.com/convention.html
 Depuis lors, les grands virtuoses de la guitare sont passés et passent sur la scène du festival Issoldunois.
Duos: 
- M. Dadi -J-F. Lalanne:
https://www.youtube.com/watch?v=we4cUTX_vMo
 -M.Dadi et Chet Atkins , en 1991,  in " Yakety axe" - (qui a servi de générique de la série Benny Hill)
https://www.youtube.com/watch?v=qKEaC2xtsYA 
-M. Dadi et Manitas de Plata :
https://www.youtube.com/watch?v=z8D7eWCMrbU 

-Tribute to M. Dadi ( by Chet Atkins et Paul Yandell)
https://www.youtube.com/watch?v=e_9bFIznZuY
à lire aussi :
- la revue Guitarist Acoustic  unplugged (N° 53)

" Boum tchic", ou l'art du picking, expliqué brièvement  par Marcel Dadi  lui-même  ("Je te veux") 
https://www.youtube.com/watch?v=z2kE_y5J5aQ


Saluer la mémoire de Marcel Dadi, au  parcours musical, hélas, écourté, c'est une évidence. C'est aussi reconnaître en lui :   l'incomparable artiste, le passeur de savoir, le guitariste stylé, l'homme dont  l'étoile brille  sur le Sunset boulevard,  Son indéniable impact sur la carrière d'autres guitaristes ne s'est pas démenti : ni de son vivant, ni depuis sa disparition. Et s'il a marqué son époque (2e moitié du XXe s.)  de son talent, ses jeunes  suiveurs contemporains s'en réclament encore  aujourd'hui, au XXIe siècle.


Free lance Writer 
Culture  Art  Patrimoine